Quelques repères historiques

Dès son implantation dans le pays, l’Eglise Catholique a toujours privilégié l’Ecole ; une institution à laquelle, elle a consacré le maximum de ses moyens, non pour être une concurrente de l’enseignement laïc officiel, mais simplement pour offrir un service apte à former l’homme intégral.
En effet, au Congo, l’Ecole Catholique a, dès le début, fait partie du travail d’évangélisation, celui qu’ont promu Mgr Prosper Augouard et Mgr Hyppolite Carrie. On peut remonter la création de l’Ecole Catholique à 1890.

Quelques dates importantes

1890-1910:
Création des villages chrétiens et début de l’alphabétisation pour former des interprètes et des catéchistes.
1911-1920:
Création des écoles primaires dans les villages chrétiens où sont créées des paroisses appelées : «  MISSIONS » avec des objectifs précis:
– Former des catéchistes chargés non seulement d’enseigner le catéchisme mais aussi d’alphabétiser;
– Apprendre l’arithmétique aux enfants des villages chrétiens.
1921-1944:
Généralisation de l’enseignement primaire dans toutes les « MISSIONS » avec pour objectif de:
– Former des auxiliaires de la colonisation, futurs fonctionnaires.
1944-1960:
Cette période est marquée par:
– l’activité des missionnaires dont l’apostolat est inséparable de la diffusion de l’instruction;
– la mise en place puis la généralisation de l’Ecole Catholique à côté de l’Ecole Publique;
– la création des séminaires, des noviciats et des établissements scolaires.
1960-1965:
– Africanisation des cadres avec nomination d’un Coordonnateur National Congolais;
– Promulgation de la Loi N°32-65 du 12 Août 1965 portant nationalisation des écoles confessionnelles.
– Les Mouvements d’Action Catholique des jeunes sont interdits. L’Eglise n’a plus que le droit d’enseigner le catéchisme et ce, en dehors des heures de cours. Des Congrégations spécialisées dans l’enseignement quittent le Congo pour des pays tels que la Côte-d’Ivoire et le Togo.

1966-1991:
Période marquée par la spoliation de toutes les structures de l’Ecole Catholique.
En 1991, à la faveur de la Conférence Nationale Souveraine (C.N.S), les Confessions religieuses se réinvestissent dans le système scolaire congolais par les Actes de la C.N.S. suivants:
N° 049/91/C.N.S/P/S du 21 Juin 1991 ;
N° 068/91/C.N.S/P/S du 21 Juin 1991 ;
N° 123/91/C.N.S/P/S du 24 Juin 1991 .
1991-2001 :
Le 7 février 1995: la Conférence Episcopale du Congo est reçue par le Président de la République du Congo pour traiter de la rétrocession graduelle des anciennes écoles catholiques nationalisées en 1965.
Le 10 février 1995: le Conseil des Ministres confirme la rétrocession graduelle des écoles catholiques.
13 février 1995 : début de la rétrocession de quelques écoles, dont trois (3) à Brazzaville et une (1) à Kinkala;

Ainsi, l’Eglise Catholique qui est au Congo, prenant acte du drame scolaire et des conditions nouvelles apparues dans le pays a décidé de se réinvestir dans l’éducation de la jeunesse par l’enseignement, fidèle à son idéal de conduire les jeunes à l’excellence, non sans réserver une attention particulière aux plus délaissés.
C’est un devoir permanent pour l’Eglise Catholique
 « Mère et Educatrice » d’instruire et d’éduquer .